Musique à bouches: la passion de faire revivre de petits trésors de la chanson

Le 16 novembre 2022

Par Dany Jacques

Le Reflet du Lac



La formation Musique à bouches se compose d'Olivier Brousseau, Sylvain Trudel, Michel Grandmaison, David Bélanger et Jérôme Fortin. (Photo : gracieuseté - Michelle Boulay Photographe)

MUSIQUE TRADITIONNELLE. La musique traditionnelle demeure bien vivante au Québec, grâce à la contribution de formations comme le quintette estrien Musique à bouches. Entretien avec l’un des membres de cet ensemble vocal a cappella, en l’occurrence le Magogois Michel Grandmaison. C’est la passion de perpétuer des chansons du répertoire québécois qui anime Michel Grandmaison et ses partenaires Olivier Brousseau, Sylvain Trudel, David Bélanger et Jérôme Fortin. « On s’inspire de vieux matériel découvert aux Archives folkloriques de l’Université Laval et de nos rencontres avec des gens qui poursuivent cette tradition orale en chantant chez eux, à la maison, résume M. Grandmaison. On remet au goût du jour de petits trésors en modifiant quelques passages. » Les membres de cette formation consacrent beaucoup de temps à la recherche, à la composition, aux harmonies et aux arrangements, malgré leur carrière professionnelle respective. « On chante pour faire revivre cette culture, mais sans aucune prétention, enchaîne le chanteur et responsable de la podorythmie Michel Grandmaison. On le fait pour le plaisir de chanter, tout en voulant bien le faire. » Cet ensemble vocal lancera son quatrième album en formule « 5 à 7 » au Boquébière de Sherbrooke, le 22 novembre prochain. Une courte prestation sera offerte vers 18 h. « Il est grand temps » sera disponible dès le 18 novembre sur toutes les plateformes d’écoute et en format CD.

Suivra une mini-tournée québécoise de cinq dates, incluant un passage au Vieux Clocher de Magog le 11 décembre. Le groupe fera notamment escale à la Maison Maizerets de Québec (1er décembre) et à la salle Claude-Léveillée de la Place des arts de Montréal (3 déc.). Ces spectacles font suite à la participation de cette formation à deux festivals folkloriques dans la région de Boston, l’été dernier. Michel Grandmaison a particulièrement apprécié d’aller à la rencontre de descendants de Québécois via des pièces chantées uniquement en français.

11 vues0 commentaire