top of page

Musique à bouches: Le temps est grand et bon

STEVE BERGERON La Tribune


Non, les Musique à bouches ne sont pas devenus les Musique à masques pendant deux ans. Il leur a quand même fallu prendre leur mal en patience. Ils en ont donc profité pour monter du nouveau répertoire. Et les voilà aujourd’hui avec un quatrième opus, intitulé Il est grand temps. D’ailleurs, on s’aperçoit que ce fameux temps a finalement bien fait les choses pour le quintette trad a cappella, même si la tournée de l’album L’habit de plumes (2019) a été amputée de moitié. Le départ de leur podorythmiste Isaël McIntyre, lequel a tiré sa révérence au début de 2020, surtout pour une question de conciliation travail-musique, a aussi connu un dénouement heureux : le Magogois Michel Grandmaison, déjà chanteur et tapeux de pieds suppléant, s’est empressé de dire oui pour devenir membre permanent. « Il avait non seulement déjà remplacé Isaël, mais aussi David et même Jérôme, qui a le registre le plus haut. Il avait donc appris non seulement les chansons, mais aussi leurs partitions », soulignent Olivier Brousseau, Sylvain Trudel et Jérome Fortin, fiers de leur nouvelle recrue. « Son expression fétiche, c’est : "Y en a pas, de problème!" » ajoute Jérôme. « Rapidement, on s’est dit que ce serait important de créer du nouveau matériel avec Michel pour intégrer sa propre personnalité au groupe », poursuit Olivier, précisant que les membres ont continué de se voir en respectant la distanciation et ont même donné quelques concerts virtuels.

Olivier Brousseau, Sylvain Trudel, Michel Grandmaison, David Bélanger et Jérôme Fortin. MICHELLE BOULAY Archives, sourciers et folkloristes Les cinq chanteurs ont ainsi eu le temps de peaufiner leurs partitions avant même les premières répétitions. Quant au répertoire, Olivier Brousseau est retourné fouiller dans ce qu’il avait précédemment extrait des archives de folklore de l’Université Laval pour L’habit de plumes (il en était revenu avec plus de 300 fichiers). Il a aussi puisé dans les chansons recueillies auprès de célèbres sourciers estriens comme Gérard Dussault et Jean-Paul Guimond ou d’autres folkloristes aguerris comme Paul Monette et Diane Bolduc, réputés pour leurs années au sein des Chanteux et de La Veillée est jeune. Mais un nouveau venu s’est ajouté : leur ami Sébastien Langlois. « Il fait partie d’une famille de la région qui perpétue un répertoire traditionnel. Dans nos partys, Sébastien, qui est professeur à la faculté de génie, chantait souvent des pièces que je connaissais moins », rapporte Olivier. « C’est impressionnant de voir un jeune homme comme lui avoir une telle culture du trad, ajoute Sylvain Trudel. C’est le fun de savoir qu’il y a encore des jeunes qui s’y intéressent. » Parmi les chansons qu’il leur a refilées figure En montant au large de la Franco-Manitobaine Gilberte Bohémier, dans laquelle le large fait référence au nord des Prairies, là où plusieurs habitants ont dû se réfugier pour survivre quand ils ont été chassés par les Anglais.

Les Langlois ont également fourni une version différente d’Au clair de la lune, chantée sur le même air qu’Heure exquise de l’opérette La veuve joyeuse, mais avec deux couplets un peu plus grivois en plus. « On s’aperçoit qu’il y a un triangle amoureux avec des personnages de la commedia dell’arte et que la chanson a été édulcorée pour être chantée aux enfants », explique Olivier.


MUSIQUE À BOUCHES IL EST GRAND TEMPSTRADITIONNEL FRANCODisques Passeport Deux autres bières Parmi les autres collaborateurs de l’album figurent Éric Beaudry (La Bottine Souriante, De Temps Antan), Olivier Demers (Le Vent du Nord) et Pascal Gemme (Genticorum). Le quintette a choisi la chanson Il est grand temps comme titre parce qu’elle reflétait bien, selon eux, la sortie de la pandémie. « Il est grand temps, aujourd’hui, de se déployer, de reconnecter avec les gens, de partager, de danser et de chanter. De recommencer à vivre, en somme. C’est aussi une apologie du temps, de s’en servir pour devenir une meilleure personne, se retrousser les manches, façonner le monde à notre façon et bâtir notre demain », résument Sylvain et Jérôme. D’où, également, le marteau et l’enclume sur la couverture du disque comptant 17 pièces. Notez que la microbrasserie Boquébière, où l’album sera lancé mardi, a concocté pour l’occasion deux nouvelles bières en les baptisant d’après deux chansons du disque, la Donalda et la Confesse. Vous voulez y aller Lancement d’Il est grand temps Mardi 22 novembre, 17 h Microbrasserie Boquébière Entrée gratuite Musique à bouches Samedi 10 décembre, 20 h P’tit Bonheur de Saint-Camille Entrée : 33 $ Dimanche 11 décembre, 15 h Vieux Clocher de Magog Entrée : 35 $

Musique à bouches lancera son album le mardi 22 novembre à 17 h à la microbrasserie Boquébière de Sherbrooke. Le groupe sera en spectacle le 1er décembre au Domaine Maizerets de Québec (en plateau double avec La Déferlance), le 3 décembre à la salle Claude-Léveillée de la Place des Arts (en plateau double avec Germaine), le 10 décembre au P’tit Bonheur de Saint-Camille et le 11 décembre au Vieux Clocher de Magog.

15 vues0 commentaire
bottom of page